Denis Matsuev

Denis in social networks:

"Un sublime concert symphonique avec Denis Matsuev et Tugan Sokhiev" review

Francis Pabst, "La Provence"

July, 13, 2011

Phénoménal, génial, époustouflant, fascinant, magique...

Phénoménal, génial, époustouflant, fascinant, magique... les mots manquent pour qualifier l'extraordinaire interprétation du 3e concerto pour piano de Rachmaninov par Denis Matsuev.

Son corps d'athlète et ses mains aux... mille doigts, s'engagent tout entiers, et avec une maîtrise confondante dans l'oeuvre, foisonnante de rythmes fous, moteurs d'une passion inextinguible. Le jeune russe re-crée spontanément, se joue des accords frénétiques, des pluies d'arpèges, sait chanter la passion, déchaîner les furies, emporter dans un irrésistible élan tout l'auditoire dans un scintillant et haletant feu d'artifice.

Musique que l'on écoute aussi avec les yeux, la jubilation est sans nuage, le pianiste vibrant de tout son être. L'âme slave est à l'oeuvre. Les choeurs de Tugan Sokhiev, qui mène avec ferveur son Orchestre National du Capitole de Toulouse, Denis Matsuev qui dompte son clavier, vibrent à l'unisson avec celui de Rachmaninov. Le climax final, au paroxysme de la tension, tétanise dans une douce extase. Tonnerres d'applaudissements et de bravos hurlés, debout ! Bis, évidemment. Mais cette fois avec des rythmes jazz, ensorcelants, envoûtants. Incroyable Denis Matsuev !

Seconde partie. La 5 e symphonie de Tchaïkovski emporte à nouveau les Chorégiens dans les sortilèges de la musique russe. Là aussi on dévore des yeux la musique, les gestes précis du chef, immédiatement évidents, apportant tout, pointant du doigt la clarinette qui énonce le thème, qui sera trituré, torturé, magnifié tout au long de l'oeuvre. Sokhiev fait apparaître ici les cuivres splendides, là le hautbois ou le basson, rassemble les cordes chaudes et sensuelles, laisse les musiciens s'exprimer, à fond. On écouterait le somptueux orchestre, rutilant comme une Mercédès, jusqu'au bout de la nuit. Le public en redemande. Dvorak, Tchaïkovski et Bizet, en bis, comblent un public, debout !

Tags: